Conseils d’entretien

 

Avant toute chose, il est essentiel de trouver un bon emplacement pour l’instrument ; cela va conditionner en grande partie l’entretien dont il aura besoin. Un bon emplacement est un endroit où l’hygrométrie est la plus stable possible ; ce paramètre n’étant pas constant, ce qui importe c’est de limiter ou d’adoucir les écarts, qui restent inévitables cependant du fait du passage des saisons. Un piano réagit presque instantanément à une variation brusque du degré d’humidité ; dans un cas par exemple, où il est situé dans un lieu de passage tel un couloir, s’il fait orage et qu’une fenêtre est ouverte, la table d’harmonie va capter l’apport d’humidité qui circule et va se déformer immédiatement, et l’accord va s’en trouver déstabilisé ; de même la proximité d’une forte source de chaleur, ou un chauffage par le sol, sont à proscrire car , à l’inverse, l’ambiance s’en trouvera trop sèche, etc…

Pour en venir à l’entretien, il est préconisé un accordage de principe une fois par an, même si le piano joue peu ou pas, car les variations climatiques saisonnières suffisent à déstabiliser  l’accord.

Deux accords par an deviendront nécessaires pour un piano utilisé une quinzaine d’heures ou plus  par semaine, ou stocké dans des conditions défavorables.

Il ne faut pas oublier la mécanique, dont la vérification et le réglage doivent être effectués, hors l’entretien courant, tous les deux/trois ans pour un usage intensif, à tous les cinq ou dix ans pour une utilisation modérée. Cela peut comporter un ponçage des feutres des marteaux afin de garantir une bonne frappe, et une remise générale aux bonnes cotes, le tassement et l’usure des garnitures en feutres ou en cuir, présentes en différents points du mécanisme, engendrant un éloignement progressif par rapport au réglage d’origine. Plus la vérification de la visserie, des garnitures …